LE REGNE ANIMAL

La zoologie qui a pour but la connaissance et l’étude des animaux, peut se définir parmi les sciences biologiques ( science qui étudie tous les êtres vivants ) comme l’ensemble des méthodes appropriées à cet objet.

Au même titre que la botanique, la zoologie est une branche des sciences biologiques.

Les origines de la zoologie se confondent avec la nuit des temps. Dès le début, l’homme a trouvé, en effet dans son entourage des espèces animales qui ont immédiatement mis en évidence son imagination.

Se protéger, se défendre, se nourrir, se vêtir ; des obligations qui rendaient utiles la connaissance de la nature et du monde animal.

La totalité des connaissances expérimentales ainsi acquise, sera plus tard la base de départ de la zoologie.

La première étude importante réalisée en ce domaine durant l’antiquité est due à ARISTOTE ( 384 avant J.C.) qui compila les connaissances connues en son temps. Il fonda la première classification, en ce sens et doit être reconnu comme le fondateur de la zoologie.

Les siècles suivant et le moyen age, ne nous apportent aucun changement dans la structuration d’ARISTOTE.

Cependant l’étude méthodique et systématique du règne animal, c’est à dire le système actuel de classification à pour origine le travail du naturaliste suédois Carl Von Linné, ( 1707-1778 ) qui donna à chaque plante et à chaque animal connus, un nom latinisé et groupa selon leurs ressemblances physiques les forme vivantes identiques.( Il latinisa même son propre nom, Carolus Linnaeus.) Le latin fut choisi, car c’était alors la langue scientifique.

Le système fut universellement connu et adopté après l’édition de son ouvrage Systema Natura en 1758.

Les principes de nomenclature qu’il inventa sont encore en usage aujourd’hui.

Le nom scientifique d’un animal donne d’abord le genre ( avec une majuscule ) et ensuite l’espèce.

Le nom Canis lupus indique immédiatement que cet animal est du genre Canis ( chien en latin ) et de l’espèce lupus ( loup en latin ).

Le nom d’une famille, basé sur le nom de l’un des genres de celle-ci, se termine toujours par* idae,* le nom d’une super famille par * oiedae * et celui d’une sous famille par * inae *.

Ainsi le loup appartient à la famille des canidae, à la super famille des canoiedae et à la sous famille des caninae.

L’origine du nom latin d’une espèce peut varier selon l’idée du biologiste qui la choisit.

Très souvent, le nom décrit l’animal : exemple le lagopède alpin, oiseau aux pattes emplumées et dont le plumage devient blanc en hiver ; est lagopus mutus ( lagopus en grec latinisé , signifie *patte de lièvre* et mutus vient de mutarer, * changer *).

 

La classification proprement dite.

La classification des animaux ce fait en leurs donnant des noms scientifiques précis et en les plaçant dans des groupes qui corresponde à leurs liens de parentés. Il y a plus d’un million d’espèces animales sur la terre.

La taxinomie ( science de la classification des êtres vivants ) fait deux choses : Elle nomme chaque animal et chaque plante, en même temps qu’elle les groupe selon leurs liens de parenté.

Le seul groupement naturel, dans le règne animal, est l’espèce, qui est d’ailleurs plus facile à reconnaître qu’à définir.

Le terme d’espèce désigne généralement un groupe d’animaux qui peuvent se reproduire entre eux à l’état sauvage et donner une descendance féconde.

Le lièvre, le renard et le sanglier sont manifestement des espèces séparées, mais les distinctions ne sont pas toujours aussi nettes.

Certaines espèces ont plusieurs noms scientifiques et les experts peuvent avoir des opinions divergentes sur la manière de les classer.

On étend cette définition pour classer dans la même espèce des animaux qui ne se côtoient jamais à l’état sauvage, mais qui pourraient s’accoupler s’ils étaient ensemble et produire des descendants ; exemple le loup d’Amérique du Nord et celui d’Europe, séparés par l’atlantique, sont ainsi considérés comme appartenant à la même espèce, ( Canis lupus. )

Des espèces étroitement apparentées sont groupées en un seul genre, exemple le canard colvert ( Anas plathyrhycha ) la sarcelle d’été, ( Anas querquedula ) et le canard pilet ( Anas actua ) sont tous du même genre, ( Anas. )

La classification consiste ensuite à grouper les genres apparentés en une famille, les familles apparentées en un ordre, les ordres en une classe, les classes en un embranchement et les embranchements, dans le règne animal. ( Chaque animal peut être placé dans un tel système de classification.)

Pour nous résumer et bien comprendre, nous reprenons dans l’ordre inverse : 1- règne animal, 2- embranchement, 3- classe, 4- ordre, 5- famille, 6- genre, 7- espèce.

En plus de ces sept divisions majeures, la plupart des taxinomistes créent des divisions intermédiaires telles que les sous-règnes, les sous-embranchements, les sous-ordres, les sous-classes et les sous-familles.

Les oiseaux et les mammifères par exemple, sont inclus dans l’embranchement des Cordés (Chordata,) car ils acquièrent à un moment donné de leurs développement, un axe de soutien : La noctocorde, mais comme ils possèdent également des vertèbres, ils sont groupés dans le sous-embranchement des vertébrés. ( Vertebrata. )

Le règne animal se compose :

  1. Des invertébrés
2. Des poissons
3. Des Amphibiens
4. Des reptiles
5. Des oiseaux
6. Des mammifères
7. Des insectes
  232.000
20.000
1.500
6.000
8.600
5.000
700.000

La plupart des espèces animales vivantes sont des invertébrés, c’est à dire des animaux sans vertèbres, ils occupent 25 des 26 embranchements qui divisent le règne animal.